2012

ENGLISH

Let us go back to the past and what I faced in 2012 when I decided to start my garden.

Photos should be more explicit than words, but I propose to add a little bit of history to the images.

The garden belonged to my father who had been a great user of all type of products from chemical fertilizers to herbicides and insecticides. The place was not quite dead, but not far from it.

Obviously from day one, I decided I would not use anything which is not natural in that garden.

And the first year I simply didn’t add anything at all as there was still a lot of my father’s fertilizers in the soil… My husband tested it and the level of phosphate was sky high! The fact is also, I didn’t have time to faff about if I wanted to produce some food and that was my main aim as a self-sufficient thinker and I was already late.

I thought there was no point to try to do anything to change or improve the place, so I ploughed the earth and started my garden. I can see people horrified at the idea of using the tiller but I did and I still do, but not quite the same way than I did back then. My idea of gardening was not that far from the one of my father, just without anything chemical added. But the look of the place I was heading for was nice rows of vegetables with as little weeds as possible around them. Luckily enough, 2012 was not a super hot year and it rained regularly, so I was lucky to produce plenty of food without feeling the devastating powers of nature…

It was still hard work and I seem to recall waking up one day in summer and feeling swamped by the whole thing! I had gone way too big!! There was a moment of panic and a great wish to give it all up, but I didn’t and at the end of the season I was happy with myself as I had produced enough vegetables and fruits to eat and preserve as well. Not bad for my real first time on that scale! Okay, I had a past history in my little suburban garden back in the UK, but I had never handled a garden that size on my own…

FRANÇAIS

Repartons dans le passé avec ce qui me faisait face en 2012 quand j’ai décidé de commencer mon jardin.

Les photos devraient être plus explicites que des mots, mais je propose d’ajouter un petit peu d’histoire avec les images. 

Le jardin avait appartenu a mon père qui était un grand utilisateur de tout un tas de produits, des fertilisateurs chimiques jusqu’aux désherbants en passant par les insecticides. L’endroit n’était pas vraiment mort, mais pas loin.

Bien sur dés le premier jour, j’ai décidé de ne rien ajouter dans mon jardin qui n’était pas naturel.

Et la première année, J’ai simplement rien ajouté du tout vu que de toute façon il restait une bonne quantité de fertilisants ajoutés par mon père dans le sol… Mon mari a testé la terre chimiquement et le niveau de phosphate était vertigineux ! Le fait est qu’en même temps je n’avais pas le temps de bricoler quoique ce soit car je voulais produire a manger ; c’était ma priorité absolue de décroissante et j’étais déjà en retard.

Je me suis dit que ce n’était pas la peine de faire quoique ce soit pour changer la donne a ce point et j’ai labouré la terre. Je vois déjà des gens ouvrir des yeux horrifiés a l’idée d’utiliser le motoculteur mais je l’ai fait et je le fait encore mais plus tout a fait de la même manière. Mon idée de jardinage n’était pas si éloigné de celle de mon père, juste sans les produits chimiques rajoutés. Mais le look de l’endroit que je voulais créer allait avoir de jolis rangs de légumes avec le moins de mauvaises herbes possible autour de mes légumes. Heureusement en 2012 l’été n’a pas été super chaud et il a plu régulièrement, donc j’ai eu la chance de produire plein de légumes sans vraiment ressentir les effets dévastateur de la nature…

Ce fut beaucoup de travail et je me rappelle me réveiller un jour en me sentant complètement submergée car j’étais débordée par la chose ! J’avais vu trop grand !! Il y a eu un moment de panique et une grande envie de tout abandonner, mais je ne l’ai pas fait et a la fin de la saison je fus heureuse de mon travail car j’avais produit assez de légumes et de fruits pour manger et même pour faire des conserves. Pas si mal que ça pour ma première fois avec un jardin de cette taille. Ok je n’étais pas une vraie novice, j’avais déjà une expérience avec mon petit jardin de banlieue en grande Bretagne, mais je n’avais jamais pris en main un jardin aussi grand toute seule…

Garden with pond and brambles / Jardin avec marre et ronces – 03-2012
2nd half of the garden / 2eme partie du jardin – 03-2012
Garden ploughed and me at work / Jardin labouré et moi au travail – 05-2012
Plantations – 05-2012
“Clean” garden – summer 2012 / Jardin “propre” – été 2012
I didn’t know it yet, but I would learn to like and respect weeds… Je ne les savais pas encore mais j’allais apprendre a aimer et respecter les mauvaises herbes…

Leave a Reply

Your email address will not be published.

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.